Les nouveaux départs

https://pixabay.com/fr/

Les nouveaux départs, y en a qui ont toujours peur de l’inconnu, de l’étranger. On a tous ces petits vertiges qui nous empêchent d’avancer, d’aller plus loin. Peur de devoir remonter la pente encore une fois. Selon nous, ces nouveaux défis nous permettent de trouver le meilleur, de revoir du paysage ou même de découvrir davantage. Il n’y a rien de mal à revoir un bon vieux classique cinématographique ? On y découvre toujours de petites merveilles.

Voilà, chez Lemale.ca, nous, on mord à pleine dent sans dépasser nos moyens.

Nous avons donc déménagé dans la grande ville reine : Toronto. Parce qu’on pouvait se le permettre, qu’on avait la hauteur de nos ambitions. On est donc très heureux de vous annoncer qu’on vous fera découvrir nos trouvailles et les produits de l’Ontario.

Gens de Montréal, sachez que nous avons encore pied à terre. Nous vous ferons part de nos découvertes dans la grande métropole francophone : Montréal.

Soyez des nôtres dans vos lectures.
Merci de nous être fidèle !

De la part de toute l’équipe ;
Joyeuses fêtes.

 

HOMLÈS Cabine&Salon…

Récemment, je rencontrais un idéaliste, un épicurien dans l’âme. Malgré son jeune âge, Steeve se retrouve à être l’idéalisateur / concepteur d’ HOMLÈS  cabine&salon. On a discuté de long en large de son expérience de vie. De ses idées novatrices, de ses ambitions et de l’avenir qui semblent vouloir lui sourire.

Steeve et moi nous nous connaissons depuis longtemps déjà, mais chaque fois que nous avons le bonheur de discuter, je m’aperçois qu’il est rempli de connaissances en tout genre. C’est un homme qui respire l’art sous toutes ses formes. Il maîtrise extrêmement bien les subtilités de la confection du café et de sa préparation (sans doute les meilleurs que j’ai consommés), le vin et sa finesse et croyez-moi; croyez-moi puisqu’il est sommelier de formation mais ça ne se termine pas là.

Ceci dit, s’il ne s’y connait pas en la matière, il en fera sans doute la recherche, si intérêt il y a. Il reste humble face à son immense savoir.

Ses idées sont claires et ses rêves ont le mérite de se concrétiser.

Son tout dernier projet: un salon de barbier (sortez de votre tête « le bon vieux barbier ») sur roue. Il faut comprendre qu’il est coiffeur/styliste depuis maintenant dix ans. Avide des nouvelles tendances, il entreprend une levée de fond pour financer son projet. Acheter un cube qui se déplacera pour desservir sa clientèle. Il en fera le design et assurera le confort de sa clientèle dans une ambiance décontractée et agréable.

Atteindre 4000$ dollars en fonds l’aidera suffisamment.

On vous encourage à donner grandement à l’adresse suivante : https://www.gofundme.com/homles-bus-barber

fb.com/groups/homelescollective

Sur ce site vous verrez qu’il a pensé à tout même vous offrir des cadeaux à la hauteur de vos dons.

On lui souhaite un franc succès, un avenir brillant. (C’est drôle mais on en doute aucunement)

Steeve est un homme hors du commun et une source d’inspiration. Nos discussions restent toujours gravées en ma mémoire.

 

MKMEN Le pouvoir du bien-être à la maison!

https://www.marykay.ca/mariline.fortin/fr-ca/shop/mens/skin-care

Récemment nous avons été approchés par Mary Kay pour tester leur produit MKMEN

Inutile de vous dire à quel point nous étions emballés! Des crèmes et baumes conçus pour l’homme.

Voici notre routine tel que notre conseillère Mary Kay, Mariline Fortin, nous conseillait.

Après une bonne douche chaude, qui permet aux pores de la peau d’ouvrir on applique Le nettoyant facial quotidien : sa texture n’est pas trop liquide afin que même les yeux fermés on sait à quel endroit on applique le produit. Ce qui est génial, c’est que ce nettoyant convient au peaux sèches à grasses. Elle ne sent rien puisqu’elle ne contient aucun parfum. Un bonus pour ce savon : il est non comédogène (dans un langage plus clair, il n’obstrue pas les pores de la peau. Une vraie merveille).

Venait l’étape du rasage :

Mousse à raser : elle ressemble étrangement aux autres mousses. Mais j’avoue que son onctuosité est fort appréciée. Encore là, elle est non comédogène et convient à tous types de peaux. Une belle odeur se dégage. Une odeur d’homme frais mais assez délicate.

Gel fraicheur après-rasage :
Même belle odeur que la mousse à raser. Peu agressive, rafraichissante. On l’aime. Mais puisqu’il contient un peu d’alcool, on suggère de terminer la routine avec l’hydratant visage FPS 30 intensif. On sort de la salle de bain tel de vrai guerrier pour affronter la journée!

 

L’hydratation :

L’hydratant visage FPS 30 intensif :
Son onctuosité, sa couleur blanche opaque, son odeur nous remémores l’été et la crème solaire. Toutefois, il n’y a rien de répulsif. On le veut partout. Gardez le dans votre sac à dos messieurs. Il n’a aucune texture grasse et s’applique très bien. On l’aime parce qu’il est spécialement conçu pour notre peau. Non seulement il comporte une protection UVA et UVB. Donc en plus d’hydrater, il protège.

 

La crème pour les yeux MKMEN AVANCE :
Notre petit bijou de la gamme entière. Une petite quantité à appliquer autour des yeux.

Sérieusement, mon scepticisme est tombé 3 jours après utilisation, les ridules étaient amoindries. Mon regard avait l’air énergique. Dans le miroir, mes vingt ans étaient de retour. C’est le meilleur investissement. Il s’agence parfaitement avec l’hydratant visage FPS 30 intensif.

 

Est-ce qu’on vous recommande ces produits : OH! Que OUI MONSIEUR!

MKMEN – C’est abordable, c’est fait pour nous les mâles. Cliquez ici pour acheter les produits. Ils livrent chez vous. N’est-ce pas là une bonne nouvelle. L’essayer, c’est l’adopter.

 

La plaza à être… c’est le Montréal Plaza

Une belle journée ensoleillée, des terrasses pleines à craquer… nous, on se rendait dans l’un des tant convoités restaurants de la métropole : Montréal Plaza

 

Le restaurant aux allures de grande cuisine française. Céramique blanche, un bar, des gens qui s’amusent et qui ne se prennent pas au sérieux, mais surtout qui ont le cœur à la fête!
On ne fait pas exception. Le menu semble bref, c’est qu’on ne sait pas ce que nous réservent les plats. C’est intrigant. Mais vu la renommée du chef Charles-Antoine Crête, on se doute bien que les plats auront des saveurs uniques et que la qualité des ingrédients et des présentations ne sera pas laissée en retrait.
On s’assoit, on reçoit la carte des vins. Et à notre grande surprise, les prix pour ces bouteilles en importation privée débutent à 35$ pour aller vers des sommes dans les 3 chiffres. Donc nous sommes simplement charmés du vaste choix.
Notre voisin de table, ni plus ni moins qu’Elmo de Sesame Street! On faisait ben ben huppé!
La regrettée patate à rien (qui était si succulente et douce en bouche) à fait retraite pour laisser d’autres choix à l’inspiration marginale du grand chef que nous voyons courir à gauche et droite pour s’assurer que la clientèle soit à l’aise et bien servie.
Nous avons choisi le menu à partager (sujet à changement évidemment).
  • La soupe tomate
Une eau de tomate savamment assaisonnée au hareng fumé
  • Fleurs de courgette tempura
Douce et craquante avec une petite sauce qui est à se jeter par terre
  • Le burger de crevettes
Pour faire office de pain : tomate jaune blanchie. C’était frais.
  • Le tartare de saumon
On a fondue pour le riz soufflé maison et la fraîcheur du poisson
  • Les couteaux et cœurs de poulet (couteaux chinatown)
Qui aurait cru que les abats étaient si bons?
  • Les bourgots et canards avec une sauce divine servie dans les coquillages.
Le canard fondait sous le poids de la fourchette alors imaginez lorsque la bouchée se retrouvait dans notre bouche… J’y pense et je salive encore.
  • Shortcake aux fraises et rhubarbe
C’est peu dire que nous avons léché l’assiette.
La diplomatie du personnel est à se fendre en quatre. Tous sympathiques les uns des autres.
Antoine, J-S, Xavier et, évidemment, Charles-Antoine qui étaient si accueillants et à l’écoute de nos besoins.

Si vous devez faire quelque chose, c’est réserver à l’avance. Nous ne sommes pas les seuls à aimer l’endroit.
Cherchez Ritalin, l’ourson emblématique du grand chef…
Que ce soit les couverts ou la parcimonie d’objets ludiques qui ont été installé dans le décor du chic restaurant. On vous suggère fortement d’aller faire un tour, et ce, peu importe, de la région de laquelle vous viendrez.
Vous ne serez pas déçu!
Montréal Plaza 
6230, St-Hubert
Montréal, Qc
514-903-6230

Kensington Market, Toronto, le petit village presque secret!!!

Les joyaux de Toronto!

 

Il pleut, c’est samedi. Pourquoi rester au domicile et ne pas aller profiter de la température qui vacille autour des 10 degrés ? Un charme pour mettre son paletot et vagabonder dans le kensington market dans cette grande ville.

 

Un ami et moi sommes tout près du centre-ville et pourtant on pourrait croire que nous sommes dans un petit village. Les gens sourient, discutent dans les cafés, s’y promènent même si l’humidité laisse présager que l’averse pourrait faire apparition à tout instant. Ça se balade et fait les emplettes. Soit on découvre, soit on discute avec un marchand de fruits.

 

L’ambiance est d’une tranquillité sans égal, aucune chaîne de restaurant ou de café connu. Chaque commerçant a pignon sur rue et roule leur petit commerce respectif. C’est peu dire chaque porte à une âme et un esprit unique qui s’y collent.

 

En savourant notre café de chez Cafe Novo, un petit café fort sympathique, idéal pour écrire, travailler, lire son journal ou même se retrouver entre copains. Nous vous le recommandons.

 

Nous sommes ensuite arrêtés au Pow Wow Cafe, petit restaurant indigène. Il doit y avoir assez de place pour loger un maximum d’une quinzaine de convives. Un service cordial dans toute sa simplicité. Un menu à saliver sans lendemain. On déguste et l’on s’en réjouit…

Nous vous incitons à visiter ce petit coin de paradis!!

Ça vaut la peine de seulement y vagabonder.

 

 

Pour se réchauffer l’âme!!

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_3c7c
En compagnie du chef Ian et de Benjamin Gallander

Le manteau blanc s’est bien installé en province.
Pendant que le gouvernement ontarien bloque ses services francophones. Pendant que le français devient précaire en Ontario, le froid s’installe ici, mais la neige disparaît. Il faut dire que la grande ville Torontoise est un peu plus au sud. Reste qu’il faut bien s’emmitoufler et trouver une méthode de bien se réchauffer.

Quoi de mieux qu’un bon « saké » chaud, des sushis dans une variété remarquable. On ne parle pas d’un manger à volonté ici, on parle du haut de gamme du Sushi.
UNADJUSTEDNONRAW_thumb_3c85

Si vous passez par la ville reine, n’hésitez pas à aller vous régaler chez « SKIPPA », ce petit restaurant qui a pignon sur rue au 379 rue Harbord. Ian le chef, un autodidacte et élève de Kajji , un autre restaurant un peu plus coûteux, mais qui exprime tout autant l’art de fabrication du Sushi, sashimi ou autre hors d’œuvre japonais.

Ian s’est entouré d’une équipe formidable. Sa sœur, qui gère les commandes avec main de maître. Bref, on est charmé par tous les petits détails. Chaque papille gustative est mise à l’épreuve pour enrober tous vos sens. Ça vient vous chercher jusqu’à la moelle épinière et excite votre système nerveux. Gageons que vous y retournerez.

Nous vous laissons sur quelques images afin de vous tenter un peu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


L’équipe du mâle.ca

Matt Holubovski, en visite dans la ville reine!!

Le Drake Hotel, cet endroit bien connu des gens de Toronto reçoit souvent des artistes de tout acabit. On s’y rendait ce 22 février. L’humidité et le froid de la ville reine s’envolaient tellement le bonheur s’attachait à la soirée.

Crédit photo: Marc-Etienne_Mongrain
Crédit photo: Marc-Etienne_Mongrain

On l’avait connu à la voix, Matt Holubovski, cet auteur-compositeur et interprète allait nous caresser de sa voix unique l’instant d’une soirée.
Comme avant-première, Aliocha Schneider, un jeune homme qui prend sa place en tant qu’artiste dans ce vaste monde des arts. Il chantait et soudainement on oubliait que la petite salle était bien remplie. C’est comme si on était seul avec le jeune homme buvant un verre et discutant des tracas de la vie, une belle histoire qui nous tient en haleine. Personne ne peut dire d’où vient cette sensation, celle qui nous enveloppe dans une couverture chaude, sentiment d’apaisement pour l’âme. Les aléas de la vie s’envolent et on se laisse guider par les mélodies.

Aliocha
Crédit Photo: John Londono

Entre sur scène, la nouvelle légende à en devenir : Matt Holubovski. Un charisme qui sort de l’ordinaire et une façon de livrer les textes d’une manière ingénieuse. Ce savant de la mélodie s’offre à son public on ne peut dire autrement. Les poils s’hérissent et on a l’impression qu’un bon vieil ami nous passe la main dans le dos en guise de réconfort. C’est comme si on allait prendre un verre avec Matt et qu’il nous racontait des brides de vie.

 

C’est à fleur de peau qu’on est ressortie de cette salle intimiste. Je vous rassure, nous n’oublierons jamais ces performances. Deux hommes qui se connaissent et qui nous partagent une part de leur être. C’est un grand privilège de pouvoir vivre ces moments.

Si l’un d’eux passe près de votre quartier, l’investissement en vaut le détour !

 

 

Les pays d’en haut, ça goûte le ciel.


Récemment nous nous sommes rendus au Restaurant Donalda. On avait découvert ce nouveau petit restaurant à leur kiosque, au Oktobierfest en étant charmé par leur frites de pommes de terre douce au parmesan et à l’huile de truffes. 3 ingrédients qui nous ont conquis.On s’est dit pourquoi ne pas l’essayer?

On arrive et l’accueil est divin. C’est propre, ça sent bon. Ça augure bien. 

Le menu est simple mais raffiné, le personnel est courtois, mais ça, on le savait. On se sent en famille! L’ambiance est tamisée mais le plaisir est à son apogée. Les prix sont honnêtes et tout était savoureux. On était loin de la galette de sarrasin et de la mélasse de fantaisie. Quoi qu’on en aurait mangé pareille.

Repas copieux, l’abondance bien dosée. On ne sort pas de là en roulant mais on est sustenté. Par gourmandise, on se dit : « On en veut plus ».
Nous vous recommandons cet endroit convivial pour le majestueux service, pour les aliments qui sont en accord parfait. Et la décadence de la déclinaison chocolatée accompagnée d’un porto. L’avarice n’est pas le péché… non, là, c’est la gourmandise! Séraphin n’a pas été gentil avec la belle Donalda. Nous, on est fort heureux de l’héritage de Sainte-Adèle parce que c’était bon en viande à chien, comme disait l’autre.

Notre drink coup cœur pour ouvrir notre appétit va à la limonade de Donalda.

Pour y aller ou simplement par curiosité visitez-les sur leur page Restaurant donalda, ou sur leur compte Instagram.

Oktobierfest de Sainte-Adèle, Laurentides.

Quel plaisir de déguster quelques bières, s’empiffrer des produits locaux et assister à une programmation bien remplie. Tout ça dans un décor extérieur sans égal. Les couleurs de l’automne dans les montagnes se mêlant avec l’odeur des food trucks : de la joie à l’état pure.  L’Oktobierfest fêtait déjà ses 8 ans d’existence.


Nous y étions et croyez-nous, nous n’étions pas peu fiers!
Nos papilles se sont lancées dans la dégustion du houblon et on vous a monté un petit top 3 des meilleures bières. Croyez-nous, le choix était difficile.

  1. Pretty Bastard -bière noire. Brasseurs de West Shefford.
  2. Goliath -bière ambrée. Brasserie Grimoire.
  3. Saison de la tondeuse -bière blonde.  Micro brasserie Loup Rouge.


On vous le dit : ça valait le détour. L’an prochain nous y serons encore. Ne serait-ce que pour les spectacles, les activités, les artisans et rencontrer du bon et du beau monde.

Oktobierfest de Sainte-Adèle

Votre style de vie